Promenades en moto commentées dans l'Hérault et autres départements

Le col du Perthus

Nous prenons le chemin du Grézac qui va nous conduire à Lodève. Il serpente entre les vignes en coteaux. En ce moment il est ravagé par des camions qui montent dans les rotations pour transporter la terre d’une tranchée qui accueille la canalisation d’eau potable. Les roues arrières dérapent sur le goudron, surtout quand il est chaud et l’arrachent par plaques.

On voit le village de Poujol sur la gauche surplombé par sa croix sur un éperon rocheux, vestige du bord du plateau du Larzac. Dans la distance au fond de la vallée, des voitures et des camions se pressent sur l’autoroute comme des modèles réduits.

Nous sommes sur la pente du Grézac, colline dominée par une falaise de calcaire. C’est le lieu de villégiature privilégié des lodèvois aisés, mais nous n’y sommes pas encore. Nous passons entre des vignes et des champs dont la luzerne repousse difficilement après la première coupe du printemps.

Sur la droite, un sentier monte à l’oppidum qui a été occupé depuis la préhistoire jusqu’au Moyen Âge. C’était une place forte dont il ne reste que quelques murs, forte surtout par sa position, adossée à la falaise surplombant la vallée .

le Grézac, au dessus de Lodève

en savoir plus sur l’oppidum >>

Belle vue sur la cathédrale St Fulcran (évêque qui vivait au Xè siècle, connu pour les miracles qu’il accomplissait).

Saint Fulcran bénissant

en savoir plus sur St Fulcran >>>

L’autoroute fait une profonde entaille dans la colline boisée de l’autre côté de Lodève et toutes les habitations en hauteur profitent du bruit incessant de la circulation.

Nous n’entrons pas dans la ville mais prenons sur la droite la rue Lanza del Vasto qui va nous conduire au col du Perthus. Nous sommes toujours dans les quartiers résidentiels dont les maisons ne sont accessibles que par des rampes bétonnées abruptes. Je double un couple de cyclistes dont les muscles et les tendons saillent dans l’effort de la montée. La femme est en tête, contrairement à l’habitude qui veut que Monsieur passe en premier, laissant à Madame le soin de le suivre si elle peut…

En contrebas sur la gauche, le hameau St Martin qui hébergeait ingénieurs et cadres de la mine d’uranium située au Bosc. Après sa fermeture, c’est devenu une banlieue résidentielle de Lodève.

Un groupe de randonneurs chargés de sacs à dos prennent le frais à l’ombre. La route monte toujours, étroite et bien entretenue mais le risque de rencontrer un camion de livraison descendant à fond est bien réel.

les Plans
Le village des Plans, dans la vallée de la Soulondre
la vallée des Plans en direction de Lodève

Je découvre un arbre que je ne connais pas, on dirait qu’il porte des pommes sauvages.

Le col du Perthus

On rencontre les différentes couches géologiques de la région en montant la côte. Là ce sont des couches de calcaire, stratifiées horizontalement. Elles ont tendance à contenir des cavités, comme des grottes ou des avens. C’est une pierre dure, difficile à tailler, on l’appelle la “pierre froide”. On a l’impression de survoler la vallée des Plans, comme si on était en avion sauf qu’on reste bien en contact avec la terre grâce à l’adhérence des pneus sur le macadam.

Les chemins forestiers escaladent la colline en larges Z de l’autre côté de la rivière. Ils permettent aux pompiers d’accéder à ces endroits reculés en cas d’incendie. Ce sont les chemins de DFCI Défense des Forêts Contre les Incendies et portent des noms parfois surprenants comme EON8  ou SAL6 avec des numéros.

On commence à voir des falaises de calcaire. Ce sont des dolomies massives du Jurassique moyen d’après Jean-Claude Bousquet dans son ouvrage :”les plus beaux sites de l’Hérault” qui est ma référence dans le domaine de la géologie locale.

Le col du Perthus

Un grand morceau de cette falaise s’est effondré il y a quelques années, emportant une bonne longueur de route au passage. Depuis, le département l’a reconstruite et a consolidé les blocs avec des grillages à grosses mailles qui semblent bien peu capable de retenir ces mastodontes.Le col du Perthus

La vue de cet endroit s’étend jusqu’à la mer que l’on devine à l’horizon

 


 Suite de la balade dans l’article :  Le plateau de l’Escandorgue 

à propos de l’atelier Maxime de Simone >>>

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *